MÉLANIE Waldor (1796 - 1871) poétesse, fille de l'érudit et avocat Mathieu-Guillaume-Thérèse Villenave et maîtresse d'Alexandre Dumas. Le grand romancier et dramaturge s'est inspiré de sa liaison avec Mélanie pour écrire Antony pièce qui obtint alors une centaine de représentations. Épouse de François-Joseph Waldor, un officier d'origine belge, Mélanie Waldor logeait seule avec ses parents, rue Vaugirard, à Paris, dans un petit hôtel ancien, siège de la collection paternelle de livres, manuscrits et autographes et où elle tenait un salon littéraire. Dumas y fera la lecture de son drame Henri III et sa Cour.

Selon André Maurois (Les trois Dumas, Hachette), Mélanie Waldor était frêle, jolie avec des yeux caressants et des mines pudiques qui affolaient Dumas. Sa nouvelle conquête devint, vers 1828, la souveraine de son appartement, au 24, rue de l'Université à Paris où l'on rencontrait quelques fidèles comme Adolphe de Leuven, un suédois francisé; Delphine Gay, Honoré de Balzac, Alphonse Daudet, Virginie Ancelot, Victor Hugo, Alfred de Vigny, l'auteur-voyageur et historien Jean-Ferdinand Denis, le député, poète et auteur Louis Belmontet ainsi que l'auteur dramatique et poète Étienne Casimir Hippolyte Cordelier-Delanoue.

C'est Mélanie Waldor qui introduisit Dumas auprès du cercle des romantiques habitués du salon de Charles Nodier à l'Arsenal.  


Plus récente révision de ce document :