LA COMTESSE DE SUZE — Henriette de Coligny, comtesse de Suze (1618-1673), fille de Gaspard III de Coligny. Poétesse aux nombreuses élégies, la comtesse de Suze a épousé en première noce Thomas Hamilton, comte de Hadington. Veuve, elle a convolé avec Gaspard de Champagne, comte de la Suze, borgne, ivrogne et perdu de dettes. Elle se consolait en taquinant la muse. Elle a tenu, rue des Trois Pavillons, à Paris, un salon qui a attiré plusieurs lettrés et académiciens de son temps.

Cette comtesse se plaçait au centre d'une société d'esprit vouée à la poésie et à la galanterie, groupe plus éclectique et plus ouvert que celui de l'hôtel de Rambouillet. La ruelle de la comtesse de Suze accueillait, entre autres son professeur de prosodie Hercule de Lacger, sieur de Massuguiès, François le Metel, seigneur de Boisrobert; Antoine Gérard de Saint-Amant; François Payot de Lignières, Adrien Thomas Perdou de Subligny, Paul Péllisson, Ninon de Lenclos, Urbain Chevreau, l'abbé Charles Cotin; Henri II de Guise, un amant; Honorat de Bueil, seigneur de Racan et Madeleine de Scudéry .

La comtesse de Suze a tenu correspondance avec Jean-Louis Guez de Balzac et Charles de Marguetel de Saint-Denis, sieur de Saint-Évremond. Elle comptait Christine de Suède parmi ses amies

Pour Mme de Genlis, la comtesse de Suze était «légère dans sa conduite et plaintive dans ses poésies.»


Plus récente révision de ce document :