MADAME SABATIER — Aglaé-Joséphine, Apollonie Sabatier, de son vrai patronyme Savatier (1822-1889), née de père inconnu (probablement d'Harmand, vicomte d'Abancourt) mais reconnue par un militaire nommé Savatier et fille d'une lingère; surnommée «La Présidente » par Théophile Gautier. Idolâtrée par Charles Baudelaire elle a tenu durant plus de vingt ans de vie parisienne des dîners du dimanche qui attiraient dans le quartier Brèda surnommé « La nouvelle Athène » un cercle brillant d'artistes, de poètes, de romanciers, de critiques et de chroniqueurs.

Douée de plusieurs talents, miniaturiste élève de Meissonier, cantatrice accomplie, sa beauté était éblouissante. Certains de ses invité la trouvaient «vivante, toujours bon train, un peu peuple, un peu canaille». Ses cheveux étaient d'un châtain doré. Tout d'abord maîtresse du financier belge Alfred Mosselman, elle recevait de 1846 à 1861, dans un appartement au 4, rue Frochot et dans un hôtel de l'Île Saint-Louis. Son salon accueillait des personnages célèbres comme Gérard de Nerval, Baudelaire dont elle était la muse adorée, Nina de Villard, Arsène Houssaye, Edmond Richard, Gustave Flaubert, Louis Bouilhet, Maxime du Camp, Gustave Ricard, Judith Gautier; Ernest Feydeau, le père de Georges; Jean-Baptiste Clésinger (auteur d'un buste de son hôtesse, maintenant au Musée d'Orsay), Hector Berlioz, Paul de Saint-Victor, Alfred de Musset, Henry Monnier, Victor Hugo, Ernest Meissonnier, Charles Augustin Sainte-Beuve, Charles Jalabert, Ernesta Grisi, Gustave Doré, le musicien Ernest Reyer, le poète et dramaturge Louis Bouilhet, James Pradier, Auguste Préault, Jules Barbey d'Aurevilly et Édouard Manet. Les frères Edmond et Jules Goncourt qui l'ont rencontré chez Gautier après 1861, ne furent guère tendres à son sujet dans leurs écrits: «Une belle femme un peu canaille».

Vers 1864, fin du salon et déménagement au 10, rue de la Faisanderie. Le nouvel amant de Madame Sabatier est nul autre que sir Richard Wallace, fils naturel du marquis d'Hertford dont il avait hérité l'immense fortune. Il dotera la ville de Paris des cent fontaines publiques qui portent son nom. L'influenza emportera en 1889 à l'âge de 68 ans, cette femme tant aimée.


Plus récente révision de ce document :