Armande-Marie-Antoinette de Vignerot du Plessis de Richelieu, marquise de Montcalm-Gozon (1777-1832) — fille d'Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie, Vignerot Du Plessis-Richelieu et de Marie-Antoinette de Galifet, mariée à Hippol;yte, marquis de Montcalm-Gozon. Cette hôtesse était contrefaite et bossue (consanguinité ?) tout comme sa soeur, Simplice-Gabrielle Armande du Plessis-Richelieu, marquise de Jumilhac. Le visage ravissant de Mme de Montcalm s'alliait à un caractère et de l'esprit reconnus de tous. Des châles voilaient ses difformités. Elle avait comme époux Hippolyte marquis de Montcalm-Gozon.

Vers 1818, en son hôtel du 37, rue de l'Université, elle recevait le tout Paris de la Restauration, presque toujours allongée dans une chaise-longue à cause de ses maladies et d'où elle dirigeait la conversation. Intelligente, exigeante et souvent d'humeur exécrable elle attirait néanmoins le gotha de la Restauration dont Astolphe, marquis de Custine; Mathieu de Molé, Anne Pierre de Montesquiou-Fézensac; Camille D'Orglandes, Alphonse de Lamartine, Abel François Villemain, son frère, le duc de Richelieu; René, vicomte de Chateaubriand,; Charles-Eugène-Gabriel de la Croix, marquis de Castries; Antoine, baron Portal, médecin de Louis XVIII et de Charles X; Charles-André, comte Pozzo di Borgo; Othenin, comte d'Haussonville, Louise-Charlotte de Roure, comtesse de Sainte-Aulaire; et Charles de Damas, comte de Carné.


Plus récente révision de ce document :