THÉROIGNE DE MÉRICOURT (1762-1817) - Anne Therwagne, dite Théroigne de Méricourt. Née en Belgique de paysans aisés, Pierre Terwagne, laboureur à Xhoris et d'Élisabeth Lahaye, de Marcourt. Théroigne sera demoiselle de compagnie d'une dame d'Anvers qui lui fera soigner son éducation. Jeune, belle, et aventureuse, elle parcourt l'Europe en courtisane. 1786 la voit devenue chanteuse à Paris puis dans une partie de l'Europe. Dès la convocation des États Généraux la panthère se précipite dans la tourmente révolutionnaire. C'est l'une des première féministes des Temps modernes.

Assagie pour quelque temps, elle tiendra au 8, rue de Tournon et rue de Noailles, à Paris, un salon révolutionnaire où vont se retrouver Georges-Jacques Danton, Philippe Nazaire François Fabre d'Églantine, Emmanuel Joseph abbé Sieyès et son frère Joseph-Barthélémy Sieyès; Louis-Joseph Charlier, Charles Gilbert Romme, l'inventeur du nouveau calendrier républicain; Honoré Gabriel, comte de Mirabeau, Antoine Barnave, Jacques-Pierre Brissot de Warville, Jérôme Pétion de Villeneuve et Camille Desmoulins.

Le 25 mai 1793, liée aux Girondins, incomprise des femmes de son temps, la passionaria est rossée par un groupe de révolutionnaires parisiennes. Sa raison va chavirer. Elle finira ses jours démente à la Salpètrière.


Plus récente mise à jour de ce document :