Marie-Anne Lavoisier

Marie-Anne Pierrette Paulze Lavoisier-Rumford (1757-1836), femme de science française, dessinatrice, auteur, épouse (à l'âge de 13 ans) et collaboratrice d'Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794), fondateur de la chimie moderne et de la physiologie respiratoire. Marie-Anne, fille du fermier général Jacques Paulze, petite nièce de l'abbé Joseph Marie Terray, fut pour son mari une compagne précieuse. Elle collabora à son œuvre scientifique en lui traduisant en français diverses publications et en dessinant toutes les planches illustrant son traité de chimie. Après la mort de Lavoisier, sa femme fit publier ses mémoires inachevés. Marie-Anne a épousé en seconde noce le savant américain Benjamin Thompson, comte de Rumford.

Femme des lumières, intelligente et jolie par surcroît, elle avait aussi le don des relations publiques. Au coeur des bouleversements de la science du XVIII siècle et du suivant, le couple a reçu la crème des savants, philosophes et voyageurs de son époque. Le premier salon eut lieu les lundis et vendredis, à Paris, rue des Bons-Enfants puis les Lavoisier s'installèrent à l'Arsenal. Devenue Mme Lavoisier-Rumfort, elle reçut dans un hôtel de la rue Saint-Honoré puis au château de Saint-Leu et à la fin à l'Hôtel de la Madeleine, boulevard du même nom..

Le salon des Lavoisier fut fréquenté par le mathématicien Louis, comte de Lagrange; Claude-Louis Berthollet, Georges Cuvier, François Arago, Alexandre von Humboldt; Félix Vicq d'Azyr, le mathématicien Jean-Baptiste Meusnier, Benjamin Franklin, Joseph Priestley, Pierre Joseph Macquer, Gouverneur Morris, Louis-Claude Cadet de Gassicourt, Jean-Charles Trudaine, le chimiste Louis-Bernard Guyton de Morveau, Jean-Hyacinthe de Magalhaes (Majellan), descendant du grand navigateur, au savoir légendaire et voyageur lui-même; l'économiste Pierre Samuel Du Pont de Nemours (un possible amant de Marie-Anne) et son fils Irénée Du Pont de Nemours; l'astronome Sylvain Bailly et le chimiste Armand Séguin.

 

 


Plus récente mise à jour de ce document :