LA COMTESSE DE LA FAYETTE — Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (1634-1693) était considérée comme la quintessense des précieuses bien que née d'une famille noble et appauvrie. Les études latines, italiennes et de l'hébreu faisaient partie de son quotidien. Boileau la considérait la femme de France qui avait le plus d'esprit et qui écrivait le mieux. Confidente d'Henriette d'Angleterre, elle rédigea son histoire. Son talent littéraire ne fait aucun doute (La Princesse de Clèves).

Séparée de son mari, elle s'installa à Paris, rue Férou en l'hôtel de Liancourt où elle a tenu un salon fréquenté par Gilles Ménage, grammairien et lexicographe; Guy-Armand de Gramont, comte de Guiche; Jean Renaud de Segrais, la duchesse d'Aiguillon, sa marraine; le prince de Condé, un confident; Jacques Testu de Belval, Marie Chantal de Coulanges, le prédicateur Pierre Costar, Mme Scarron, future marquise de Maintenon, Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, le cardinal de Retz, Mme de Sablé, la marquise de Sévigné ainsi que La Rochefoucauld, son tendre ami et figure dominante de ce salon.

Plus récente mise à jour de ce document :