Élisabeth Françoise Sophie dite «Mimi» de la Live de Bellegarde, comtesse d'Houdetot (1730-1813), fille du fermier général, Louis Denis Lalive de Bellegarde et de Marie Thérèse Josèphe Prouveur, belle-soeur de Mme d'Épinay et connue comme inspiratrice de Jean-Jacques Rousseau (Julie ou la Nouvelle Héloïse 1761), Sophie d'Houdetot a laissé une forte impression à tous ceux qui l'ont approchée. Selon le portait tracé d'elle par son amie Claire-Élisabeth Rémusat : «On ne peut guère porter plus loin que Mme d'Houdetot, je ne dirais pas la bonté mais la bienveillance». Pour sa part Gouverneur Moriss tout comme le baron mémorialiste François Auguste Faveau Frenily, la trouvait laide et mentionne dans son journal qu'elle louchait.

«Mimi» avait épousé Claude Constant César, comte d'Houdetot, maréchal de camp, issu d'une ancienne famille de Normandie. Leur est né un fils, César Louis Marie François Ange d'Houdetot, maréchal de camp puis gouverneur de la Martinique.

Selon Sainte-Beuve, le salon qu'elle réunissait durant son âge avancé soit après 1800, accueillait les débris de la bonne compagnie et de la société philosophique. Présents, dans château de Sannois, dans le Val d'Oise, les derniers philosophes soit son amant Jean-François de Saint-Lambert, Paul Henri Tiry, baron d'Holbach; François Auguste Faveau Frenily, Denis Diderot, Gouverneur Moriss, Jean-Baptiste-Antoine Suard qui tint lui-même un salon; l'abbé André Morellet, le fabuliste Jean-Pierre Claris de Florian, Benjamin Franklin qui planta une arbre dans son jardin; Jean-Baptiste-Calixte de Montmorin, marquis de Saint-Herem; Jean-François de La Harpe, le protégé de l'hôtesse, Hector St-John de Crèvecoeur; Thomas Jefferson, futur président des États-Unis; le jeune François Guizot, âgé de 22 ans; Louise Jeanne Nicole Arnalde Denis de Keredern de Trobriand, comtesse Dervieu du Villars, nommée «Fanny» qui introduisit Simon Bolivar; François-René de Chateaubriand, Melchior, baron de Grimm; Charles Pinot Duclos, Mme d'Épinay, Vivant Denon, Élisabeth Vigée-Lebrun et Claire Élisabeth Gravier de Vergennes, comtesse de Rémusat.

Rousseau avait rencontré Sophie d'Houdetot sans la remarquer en février 1748. Par la suite, il la vit à plusieurs reprises, mais ce n'est qu'en janvier 1757, alors qu'il avait entrepris la rédaction de La Nouvelle Héloïse, qu'il s'en éprit passionnément. Bien qu'ils se fréquentèrent pendant plusieurs mois, Sophie a conservé sa fidélité à son amant, le poète Saint-Lambert. Elle s'éloigna à compter de janvier 1758, pour cesser tout échange dès 1760.


Plus récente révision de ce document :