Florence Gould (1895-1983) Américaine sympathique aux gens de lettres, née Florence la Caze, à San Francisco, elle quitta le sol natal en 1906, après le fameux tremblement de terre. Paris accueillit cette belle jeune fille blonde aux yeux verts qui conquit illico le cœur du multimilliardaire américain, roi des chemins de fer, Franck Jay Gould pour devenir sa troisième épouse. Le mariage fut célébré en 1923. Son père Maximilien Lacaze, était un éditeur d'origine française enrichi en Californie.

«Rendez-vous du monde entier», leur superbe villa de style néo-gothique, à Juan-les-Pins, sur la Côte D'Azur française, à lhôtel Bristol dans la capital française de même que leur appartement parisien, au 129, avenue Malakoff ou même l'Hôtel Meurice, reçurent, dès 1924, la visite d'innombrables gens de lettres et célébrités dont Marcel Jouhandeau et Élise Jouhandeau, Natalie Clifford Barney, André Rouveyre, Roger Caillois, Marthe de Fels, le général Antoine Béthouart, le journaliste Friedrich Sieburg, Ludwig Vogel, Max Jacob, Mme Jean Delay, Mme Pasteur Valéry-Radot, Pierre Benoit, André Fraignère, Ramon Fernandez Louis-Gabriel Robinet, Gala et Salvador Dali, Philippe Erlanger, Jean Dutourd, Pauline Benda dite Madame Simone, Paul Léautaud; son épouse et Marcel Arland dont elle a payé l'habit d'académicien un million d'anciens francs; Dominique Aury, Marie-Louise Tézenas, une autre salonnière; Jean Paulhan, Arthur Adamov, le journaliste et auteur Matthieu Galey, Ève Delacroix, Francis Carco, Jules Supervielle, Louise de Vilmorin, Adry de Carbuccia et son mari Horace de Carbuccia; Ren Schoeller, Georges Bonnet, Abel Bonnard, ministre; Jean Marais, Marie-Louise Bousquet que l'hôtesse détestait, Françoise Sagan, Paul Morand, Marcel Brion, Roger Nimier, les peintres Maurice de Vlaminck, Kees Van Dongen et Georges Braque; Geneviève Dorman, François Mauriac, le secrétaire de Florence, Jean Denoël; son aumônier, le père Georget; Henry de Montherlant, Christian Bérard, Jean Dubuffet, le Dr Verne Thomson, spécialiste de la syphilis; Marie Laurencin, Jean-Claude Brialy, Mme Tharaud, la princesse Sixte de Bourbon-Parme, Alain Peyrefitte, Jacques Laurent, Pierre David, Jules Sauerwein, Arthur Adamov, Jules Roy, Jean Cocteau, son voisin d'en face Boni de Castellane, Jean Chalon, Josée de Chambrun, Marcel Aymé, Henri Sauguet, Jean Giraudoux, André Julien, sa femme Zelda et Francis Scott Fitzgerald.

Pendant l'occupation allemande, à la Deuxième Guerre mondiale, Florence Gould, toujours citoyenne américaine, a tenu salon le jeudi, recevant des lettrés, le Tout-Paris de la collaboration et des Allemands sympathiques à la France (dont quelques amants). Notons Jouhandeau, Paulhan et Paul Léotaud ainsi que le capitaine écrivain Ernst Jünger et Gerhard Heller qui allait servir de modèle à Vercors dans son «Silence de la mer». D'autres plus inquiétants : le colonel SS Helmut Knochen, chef de l'antenne SD; le dr Odenwald, de la police criminelle allemande; le sculpteur attitré du IIIe Reich, Arno Breker; Ludwig Vogel, amant de Florence; Josée Laval, fille de Pierre Laval.Sur ces derniers invités Florence elle-même parlait de «liaisons dangereuses».

Selon Herbert R. Lottman (La Rive Gauche, Point), «Il y avait toujours foule chez Florence Gould». La mécène américaine finançait en outre, sous le manteau, une collection de livres dont un titre de Jouhandeau. Florence Gould fut autorisée à poursuivre ses activités après la Libération.

N.B. Ne pas confondre avec Florence Grieg Gould, mère du célèbre pianiste canadien Glen Gould.


Plus récente mise à jour de ce document :