Madame des Loges

MADAME DES LOGES - Marie Bruneau des Loges (1585-1641), née à Sedan et femme de lettres française. Huguenote et fille de Sébastien Bruneau, homme riche et secrétaire du roi, elle a attiré chez elle l'élite littéraire et intellectuelle de son temps. Marie devint la femme de Charles de Rechignevoisin, sieur des Loges.

À compter du règne de Henri IV, elle tint jusqu'en 1629, rue de Tournon, un salon littéraire parisien aussi important que celui de l'hôtel Rambouillet Selon Tallemant, «Elle avait une liberté admirable en toutes choses; rien ne lui coûtait. On allait chez elle à toutes heures; rien ne l'embarrassait. Comme ça été la première personne de son sexe qui ait écrit des lettres raisonnables, et que d'ailleurs, elle avait une conversation enjouée et un esprit vif et accort, elle fit grand bruit à la Cour».

Mère de neuf enfants, Marie était passionnée de broderie. Foyer actif de la préciosité, son salon accueillait Gaston d'Orléans, François de Malherbe le poète Vincent Voiture, Gédéon Tallemant des Réaux, Valentin Conrart, Jean-Louis Guez de Balzac ou Antoine Godeau. Amie des Rohan (Henri et son épouse, Marguerite de Béthune) elle a sans doute reçu Yolande du Chastel, Anne de Rohan, princesse de Guéménée et sa nièce Marie-Catherine d'Aulnoy. Sa ruelle accueillait surtout des fervents du protestantisme. Ce fut l'une des causes de son exil à Rochechouart, en Limousin après 1629. Compromise avec Gaston d'Orléans, le cardinal Richelieu fit interdire les assemblées qui se tenaient chez madame des Loges. Retirée dans sa région natale, elle mourut en 1641.

Les «des Loges» sont à l'origine du nom « Delage», si répandu en France et un peu moins en Amérique.


Plus récente révision de ce document :