Harry et Caresse


Harry et Caresse Crosby, ce couple atypique de riches américains littéraires et cultivés a fondé à Paris la maison d’édition d’ouvrages luxueux «Black Sun Press» et tenu au 19 rue de Lille, au milieu des années vingt, un salon littéraire qui a attiré plusieurs auteurs, poètes et artistes français et du monde.

Henry (Harry) Grew Crosby (1878-1929) est né à Boston du mariage de Stephen Crosby, banquier et ami de Théodore Roosevelt et d’Henriette Grew. Héros militaire, poète et très bel homme, il a épousé en 1922, au grand scandale de la haute société bostonnaise, une riche divorcée, Polly Peabody qu’il a rebaptisée Caresse. L’année 1927 a vu Harry et Caresse fonder la Black Sun Press qui a édité entre autres Kay Boyle, James Joyce, Rene Crevel, T.S. Elliot, Hart Crane, Ezra Pound, Archibald MacLeish, Ernest Hemingway, Eugene Jolas, et Oscar Wilde. En 1928, Harry a hérité de la collection Walter Berry composée de 9000 volumes qu’il s’est empressé de dévorer. Don Juan reconnu, il tentait de réaliser un pacte de suicide avec chacune de ses partenaires. Il a malheureusement réussi en 1929, laissant Caresse seule poursuivre leur rêve culturel.

Polly (Caresse) Jacob Peabody (1892-1970) est née à New York du mariage de William Jacob, homme d’affaire de la métropole américaine et de Mary Phelps. Mondaine de Nouvel Angleterre, Polly a inventé en 1910 le premier soutien-gorge de l’ère moderne, exploit quelque peu différent de celui de son ancêtre Robert Fulton créateur de la navigation à vapeur. Sa «brassière» a quand même délivré des millions de femmes de 350 années emberlificotées dans les corsets et les lacets. Elle a épousé en première noce Dick Peabody, fondateur des Alcooliques Anonymes. Son deuxième mari fut (1922) Harry Crosby. Après le suicide de Harry, elle a épousé en 1937 un joueur de football, Selbert Young. Polly a aussi suivi des cours de sculpture avec Antoine Bourdelle puis ouvert une galerie d’art aux États-Unis à Washington, D.C. et fondé une revue américaine d’art et de culture : «Portfolio».

Les réceptions de la rue de Lille à Paris ont attiré André Gide, Pierre Drieu la Rochelle, les Dolly Sisters, Maurice Sach, Jacques Rigaud, Paul Morand et sa femme; Germaine de Beaumont et son époux; Aldous Huxley, Roger Lescaret, quelques superbes mannequins de Paquin ou de Lanvin; D.H. Lawrence, Sylvia Beach, Max Ernst, Salvador Dali, Henry Miller, Anaïs Nin, Nina de Polignac, autre «salonnière»; Armand de La Rochefoucauld, Eugène Jolas et Stuart Kayser.

 


Plus récente mise à jour de ce document :