GABRIELLE CHASNEL dite Coco Chanel (1883-1971) — Coco est virtuellement devenue le plus grand nom de l'histoire de la mode. La magie Chanel n'a pu opérer sans relations publiques. Grâce à sa meilleure amie, la polonaise Misia Sert, Coco s'est initiée aux secrets des dieux. En moins de trois années, sa maison de Garches (Hauts-de-Seine) de même qu'à Paris, son domicile, faubourg Saint-Honoré, ont reçu tout ce que l'entre deux guerres comptait de hautes figures. Mieux qu'un salon, dans ce creuset, création ou intrigues littéraires, musicales, mondaines et intellectuelles se nouaient et se dénouaient à loisir.

Son carnet de visiteurs, un véritable gotha culturel. Raymond Radiguet, l'habitué le plus assidu, lui a présenté Jean Cocteau et un jeune peintre ibérique encore inconnu, Pablo Picasso avec lequel elle travailla aux costumes d'Antigone, du Train Bleu, d'Orphée et d'Œdipe-roi. Suivirent Henri Bernstein, Jean Marais, Hervé Mille dit Herveton, Coco Gentien, Maurice Rostand, Henri Cartier-Bresson, Pierre Reverdy, Jose Maria Sert, Paul Morand, le caricaturiste Georges Goursat dit Sem, Jane Abdy, Marcelle Meyer, l'abbé Arthur Mugnier, Vera Bates, José Iturbi, Jean Desbordes, le riche Argentn Eduardo Martinez de Hoz, la mondaine impénitente Marthe Davelli; Maurice Ravel, trois amants : Paul Iribe, Richard Arthur Grosvenor deuxième duc de Westminster et le grand-duc Dimitri Pavlovitch prêt au mariage. Une idylle de plus pour la belle Gabrielle mais son refus de poursuivre vers la facilité de la haute noblesse la rendit populaire.

Plutôt que de frayer avec les puissances d'alors, Coco jetait son dévolu sur les personnalités les plus dérangeantes, les plus contestées et les plus désargentées du moment. En l'occurrence : Igor Stravinsky, Serge de Diaghilev et Vaslav Nijinsky qu'elle a maintes fois sauvés du désastre pécuniaire par la pertinence de ses chèques.

Durant la deuxième guerre mondiale alors qu'elle avait une relation avec le général SS Walter Schellenberg, chef des services secrets nazis, elle a tenté d'organiser une rencontre des Allemands avec son ami Winston Churchill pour en venir à une paix séparée avec la Grande Bretagne. Churchill a boudé ce rendez-vous. À la libération lorsque les soupçons de collaboration planaient sur Coco, Churchill est intetvenu en personne pour la sauver. Mme Chanel s'est alors exilée volontairement en Suisse pour ne revenir à Paris qu'en 1955.

Sa maison de couture a dominé l'entre-deux guerres. Au faîte de la carrière de Coco, l'empire Chanel employait quelque 3 500 midinettes et autres personnes qui bourdonnaient dans un centre de couture, un studio de couturiers et un laboratoire de parfumerie. Le Monde doit à Coco, l'introduction du jersey dans le vêtement féminin et ce tailleur, tellement pratique et sobre qu'il mérite de figurer parmi les plus grandes inventions de tous les temps.




Plus récente révision de ce document :