ASPASIE (-470 à -410) - Née à Milet, dans la seconde moitié du Ve siècle avant J.-C., Aspasie, fille d'Axiochos, était célèbre par son esprit et sa beauté. Elle devint la compagne de Périclès. L'homme politique qui, en Grèce, a dominé son époque, s'attacha à elle en raison de son savoir en rhétorique, en politique et en philosophie.

À son arrivée dans les murs d'Athènes, vers 450, elle ouvrit une école de rhéorique et de philosophie. Aspasie encourageait les femmes à intervenir dans la vie publique et à recevoir une éducation supérieure. Son enseignement a attiré plusieurs femmes d'excellente famille et en général des grecques encouragées par leur époux dont Laïs. Aspasie introduisit l'intéret pour les mathématiques dans l'entourage de Périclès. C'est dans l'exèdre, une dépendance de leur gymnase que se réunissaient philosophes et poètes grecs. Dans son Histoire Universelle (Marabout Université), Carl Grinberg dit qu'elle fut sans doute la première femme à tenir un salon littéraire.

D'après Marie Gougy-François (Les Grands Salons Féminins, Nouvelles Éditions Debresse, Paris), le cercle de la brillante Aspasie devait être fréquenté par Socrate qui appréciait sa conversation, Platon, et Alcibiade. Ajoutons le philosophe Anaxagore de Clazomènes qu'elle fit venir du Proche Orient, Xénophon et son épouse, Hérodote d'Halicarnasse, Hippodamos de Milet, Sophocle, le musicien Damon, Eschine, Lypiclès, le sculpteur Phidias, Protagoras, Hippias, le sculpteur Scopas, Critobule, Callicratis et Hyppodomos. Socrate devint sous le rayonnement d'Aspasie moins misogyne.

« Les garces d'Aspasie » terme employé parAristophane dans ses pièces satyriques seront suivies après un saut millénaire par les « Femmes Savantes » et les « Précieuses ridicules » de Molière. Illustration typique de l'hostilité masculine envers les femmes cérébrales...



Plus récente révision de ce document :